Martin Page

Martin Page © Zoé Victoria-Fischer

© Zoé Victoria-Fischer

Martin Page écrit pour les ado­les­cents et pour les adultes. Il a publié récem­ment L’Apiculture selon Samuel Beckett (L’Olivier, 2013), roman fan­tai­siste qui offre de Beckett une vision d’une légè­reté inat­ten­due. Regard cri­tique et humour font bon ménage dans Plus tard je serai moi (École des loi­sirs, 2013), où la jeune Selena subit une pres­sion fami­liale absurde : elle doit deve­nir l’artiste que ses parents n’ont eux-mêmes pas su être. Le Club des inadap­tés (École des loi­sirs, 2010) raconte la sur­vie en milieu hos­tile de quatre col­lé­giens « dif­fé­rents » : contre l’ennui et l’injustice, Martin et ses amis cherchent l’arme abso­lue. Et si c’était leur indé­fec­tible amitié ?

Extrait de Le Club des inadap­tés :
Janvier est un mois étrange. Je l’attends avec impa­tience et je le redoute en même temps. Une nou­velle année com­mence et je me demande ce qu’elle nous réserve. Je suis à la fois curieux et inquiet comme je le serais face à un ani­mal sau­vage. Je me dis que c’est une occa­sion de décou­verte mais aussi que cette bête doit avoir des griffes, des dents et peut-être même la rage. Restons sur nos gardes.
Bakary, Fred, Erwan et moi for­mons tou­jours une petite bande. Nous avons cette men­ta­lité qui pour­rait être résu­mée par « nous contre le reste du monde ». Cela s’explique par le fait que le reste du monde n’est pas tendre avec nous. Nous sommes sou­vent la cible de moque­ries de la part des autres élèves (à cause de nos vête­ments, de notre bizar­re­rie), nous ne sommes pas de très bons élèves (sauf Bakary, qui en est un tel­le­ment bon qu’il énerve tout le monde). Alors nous pas­sons beau­coup de temps ensemble. Fred joue de la gui­tare et écrit des chan­sons, Bakary est fou de maths et de phy­sique, et Erwan est un as du bri­co­lage (capable aussi bien de construire un ordi­na­teur que de répa­rer un grille-pain), en plus il porte tou­jours d’élégants cos­tumes et une cra­vate, ce qui, sur un ado­les­cent de treize ans, ne passe pas inaperçu.
Comme nous ne sommes pas dans la même classe (c’est arrivé une seule fois et rapi­de­ment les profs ont com­pris que nous nous enten­dions trop bien pour res­ter silen­cieux très long­temps), nous nous voyons aux récréa­tions, dans les cou­loirs, à la sor­tie. Le week-end, nous nous retrou­vons dans notre repaire amé­nagé au fond d’un grand ter­rain vague aban­donné depuis des années.
Notre vie sen­ti­men­tale est inexis­tante. Après la plus courte his­toire d’amour du monde que j’ai vécu l’an der­nier avec Marie* (qui a décidé de me quit­ter une heure après m’avoir dit qu’elle m’aimait), je suis bien décidé à me tenir à l’écart des filles ; et mes amis (par soli­da­rité), sont deve­nus aussi méfiants. Mon cœur est tou­jours endo­lori. Je les observe de loin. Prenons notre temps, nous nous ren­con­tre­rons bien un jour ou l’autre.
Le Club des inadap­tés, p.7–8

RENCONTRES
Samedi 12 avril – 16 h
Bibliothèque Jardin de Ville
Dimanche 13 avril – 14 h
Petit Angle
SIGNATURE
Dédi­caces des auteurs ven­dredi,
samedi ou dimanche
sous le cha­pi­teau du Jar­din de ville
BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE
Plus tard je serai moi
Rouergue, 2013
L’Apiculture selon Samuel Beckett
L’Olivier, 2013
Le Zoo des légumes
École des loi­sirs, 2013
Le Club des inadap­tés
École des loi­sirs, 2010
Traité sur les miroirs pour
faire appa­raître les dra­gons
École des loi­sirs, 2009

4 comment on “Martin Page

  1. ClémenceR.

    Simple et tou­chant ce petit livre (des­tiné aux ados/pré-ados) qui se lit le temps d’un Lyon-Grenoble, nous invite à réflé­chir sur des sujets actuels que sont les vio­lences à l’école, l’exclusion liée à la dif­fé­rence mais aussi et sur­tout sur l’amitié. Ces quatre ado­les­cents que la vie n’a pas épar­gnés tentent de lut­ter ensemble contre l’injustice. Cette épreuve qu’ils vont entre­prendre à leur manière va les rap­pro­cher. C’est avec déli­ca­tesse et sans mélo­drame que l’auteur nous raconte cette his­toire pas toute rose mais com­ba­tive et opti­miste.
    En bref, un bon petit moment de lec­ture et Le club des inadap­tés est lui par­fai­te­ment adapté à la thé­ma­tique de cette édi­tion du prin­temps du livre.
    J’espère entendre des retours d’élèves ou d’ados lors de la ren­contre avec Martin Page.

  2. Marion JJ

    Derrière une écri­ture simple se cache un sujet pro­fond : le bon­heur des enfants. Dans cette his­toire où une bande de 4 amis se retrouvent confron­ter à un pro­blème grave, celle de la vio­lence, l’auteur nous parle des réac­tions des enfants face aux injus­tices et aux épreuves de la vie telles que la mort ou le chô­mage. Comment ces col­lé­giens vont-ils sur­mon­ter leur souf­france ensemble ?
    Une belle tirade sur l’amitié.

  3. Oriane B

    Ceux qui sont sor­tis du col­lège sont des sur­vi­vants : entre les cours ennuyeux, les grands cos­tauds qui se croient malins, les coquettes jacas­santes, les intro­ver­tis jusqu’à l’os, les bizarres… ; merci la jungle ! Alors quand les parents et leur vie sen­ti­men­tale s’en mêlent, on est plus tran­quille nulle part.

    Heureusement, il y a les copains. Et puis des fois, il y a LE prof qui marque notre sco­la­rité, en bien, tant qu’à faire.

    En tout cas, le prof de maths à rai­son sur un point « Les seuls pro­blèmes qui méritent d’être réso­lus prouvent leur mérite en ripos­tant » (Erdos).
    La façon dont ces col­lé­giens vont s’attaquer à la ques­tion de l’équité des mal­heurs est de toute beauté. Le club des inadap­tés porte bien son nom et ne manque pas de créativité !

  4. Basile P-R

    « Le club des inadap­tés » raconte l’histoire de 4 copains vic­times de vio­lence dans leur col­lège. En plus d’avoir le rôle d’ingrats, ils doivent faire face à des dif­fi­cul­tés d’adultes. La ven­geance prendra-t-elle le des­sus sur la rai­son ? La soli­da­rité l’emportera-t-elle face à l’injustice ? C’est ce que vous décou­vri­rez dans ce livre assez sombre, il faut bien l’admettre.

Les commentaires sont fermés.